apprivoiser le jour

Ton regard doucement apprivoise le jour

Sur ton corps alangui sont les traces de l’amour

Tu t’étires longuement hésite à te lever

Car tu n’as qu’un envie contre lui te serrer

Tes doigts sans le toucher dessinent alors ses formes

Dans un doux clair-obscur où son être se déforme

Tu l’entends respirer puis vois se dessiner

Sur ses lèvres un sourire te faisant chavirer

Une larme s’échappe tombe dans ses cheveux

Tu voudrais l’essuyer mais l’émotion t’émeut

Il est vrai votre histoire est vraiment compliquée

Voulant tellement y croire te sens bouleversée

Il s’éveille soudain dans ses yeux est la peur

Aussitôt qu’il te voit l’irradie le bonheur

Tel un petit oiseau vite tu te blottis

Tendrement contre lui heureuse tu gémis

Ces moments sont  magiques même si éphémères

Mais il vous faut les vivre sans en être amères

La vie est un manège sur chemin de l’amour

Rêver juste un instant qu’ils dureront toujours

 

Edith Urbaniak 

chevaux de bois musée du cheval Chantilly

Excellent week-end à toutes et tous.