la rivière des parfums Vietnam

Tu t’accordes des pauses

Parmi tes sentiments

Vide le trop plein de choses

Qui sont encombrements

Accorde des regards

Bien au-delà du gens

Te permets des retards

Ceux-là en souriant

Tu penses que la vie

Est bien trop compliquée

Qu’on oublie ses envies

A force de penser

Quand arrive le soir

Dans ton lit bien trop grand

Tu croques avec espoir

Dans tes rêves géants

 

Edith Urbaniak 

attache

Belle semaine à toutes et tous.